10 choses que vous ne saviez pas sur Angélique Kidjo

Qui mieux qu’Angélique Kidjo symbolise la success story de la chanson africaine ? Titulaire depuis quelques mois d’un troisième Grammy Award, la native de Ouidah trône au panthéon mondial de la musique, comme la reine de la world music. Ecce Africa vous révèle 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur Angélique Kidjo.angelique-kidjo-e1464041080991

Elle a commencé dans un club de Jazz appelé le New Morning

Après avoir pris des cours de chants et de musique à Paris, c’est en prestant au « New Morning » qu’Angélique Kidjo commence sa carrière.

Elle a été connue du public béninois très jeune

Alors qu’elle n’est adolescente, Angélique Kidjo rencontre un succès local, en adaptant pour la radio nationale, la chanson « Les Trois Z » de Miriam Makeba.

Elle a fait partie du groupe de Jazz africain Pili Pili

Angélique Kidjo quitte le Bénin pour Paris en 1983. En 1985, elle se fait remarquer par le pianiste néerlandais Jasper van’t Hof, qui en fait une des chanteuses du groupe de jazz africain Pili Pili, qu’il a formé.

Angélique Kidjo a travaillé avec le fondateur de la maison de disques de Bob Marley

Lors de son séjour à Paris, la Béninoise est découverte par Chris Blackwell, le fondateur jamaïcain d’Island Records, la maison de disques de Bob Marley et de U2. Ce dernier, impressionné par sa voix, la signe en 1991 sur son label Mango.

Elle a soutenu la campagne de Barack Obama

Angélique kidjo a activement participé à la campagne ayant conduit à l’élection du premier président noir des Etats-Unis. Elle fait donc, tout naturellement, partie des artistes choisis pour animer, le 20 janvier 2009, l’African Diaspora Inaugural Ball, un des bals organisés à Washington lors de l’investiture de Barack Obama.

Elle a interprété la chanson phare de la bande son du célèbre « le Roi Lion 2 »

En 1998, la chanteuse béninoise a marqué toute une génération avec sa chanson « We are one », composée pour la bande originale du deuxième opus de la saga ‘’le Roi Lion’’.

Elle a quitté le Bénin pour des raisons politiques

Dans les années 80, quand Angélique Kidjo quitte le Bénin pour s’installer à Paris, peu de personnes connaissent les vraies raisons de son départ. La chanteuse essayait en fait d’échapper au pouvoir en place qui tentait de la transformer en objet de propagande politique. En effet, le régime voulait lui faire enregistrer des hymnes à caractère politique, chose que ne souhaitait pas la chanteuse.

Elle chante dans plusieurs langues

Angélique Kidjo chante dans plusieurs langues. Elle le fait notamment en Fon, sa langue maternelle, on retrouve également dans ses chansons des paroles en français, en anglais, en portugais et même en Swahili. Pour elle, la musique est une forme de communication qui transcende les barrières de la langue.

Elle a collaboré avec de véritables légendes de la musique

Angélique Kidjo a, au cours de sa carrière, collaboré avec de nombreux artistes légendaires dont Alicia Keys, Peter Gabriel, et Ziggy Marley. L’une de ses chansons les plus marquantes est d’ailleurs le fruit d’une collaboration avec une légende. Il s’agit de Carlos Santana, considéré comme le deuxième meilleur guitariste de tous les temps (derrière un certain Jimi Hendrix). Il a enregistré, avec elle, le titre Adouma.

Ses chansons sont apparues à deux reprises dans le top 100 annuel des chansons les plus populaires en Australie

Angélique Kidjo a des fans partout dans le monde, même en Australie. Elle est apparue à deux reprises dans le « Triple J Hottest 100 », un sondage annuel réalisé par a radio nationale australienne pour choisir les 100 meilleurs chansons de l’année. Angélique Kidjo y apparait deux fois; premièrement avec ‘’Agolo’’, en 1994, ensuite avec ‘’Wombo Lombo’’, en 1996.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :