lundi, 22 juillet 2019

Aurais-je tué ma sœur ?

Bonjour à tous. Je me suis décidée à écrire cette histoire, car je porte un secret qui me pèse sérieusement. J’ai un gros problème. Mon cas est simple à expliquer, mais difficile à vivre.
Aurais-je tué ma sœur
J’ai 32 ans et je suis maman de 3 enfants. Il y a 6 ans, ma sœur aînée est décédée suite à une crise cardiaque, laissant son enfant de 8 mois. Quelques mois avant son décès, je vivais dans un univers aux antipodes de la morale. Jusque-là, je ne sais toujours pas ce qui m’a poussé à me retrouver dans un tel imbroglio. J’étais amoureuse de mon beau-frère, c’est-à-dire le mari de ma sœur ! Nous étions éperdument amoureux. Entre-temps, je vivais avec mon conjoint depuis quelque temps. Nous avons 3 enfants. Mais depuis la naissance de notre premier garçon, notre couple s’était oublié et une routine s’était installée.

Je vais essayer d’être brève, étant donné la complexité de l’histoire. Je sais que ce que j’ai fait est malsain et j’en souffre. Tout d’abord, entre ma sœur et moi, les choses n’ont pas toujours été roses. Lorsque nous étions plus jeunes, elle ne me considérait pas comme sa petite sœur, préférant jouer avec ses amis, plutôt qu’avec moi. Plus tard, on a été séparées. Elle est allée faire ses études au Maroc. Quand elle est revenue 8 ans après, on avait grandi. On était un peu plus matures et les choses allaient bien entre nous. J’avais 26 ans. Mon premier fils venait de naître. De son côté, ma sœur a rencontré son homme durant son séjour au Maroc. C’était un Ivoirien. Les deux se sont installés ensemble après avoir eu l’assentiment des parents. Puis, ils se sont mariés. Professionnellement, tout allait bien. Ma sœur et moi, on se rendait visite et j’appréciais beaucoup ces moments. On était devenues très complices. Mais voilà, j’appréciais aussi le mari de ma sœur. L’homme avec qui elle était depuis près de 5 ans. Je l’appréciais dans le sens où c’était une personne très ouverte et intéressante. De plus, physiquement, c’était tout à fait mon genre d’homme. Nous nous sommes rapprochés lui et moi. Cette situation d’attirance a duré de nombreux mois, sans que nous ayons le courage de nous l’avouer. Jusqu’au jour où la situation nous l’a permis. Dès lors, on prétextait d’aller faire des courses pour nous retrouver dans un endroit où faire nos petites affaires.

Au départ, c’était comme un jeu, parce que ne sachant pas réellement si nous avions des sentiments profonds. Mais au fil du temps, cela s’est consolidé. nous avons continué à nous voir de plus en plus. Il était très affectueux, attentif. Je le sentais plus agréable et plus amoureux avec moi que quand il était avec ma sœur. Il me disait qu’il m’aimait et m’a avoué un jour qu’il voulait faire sa vie avec moi ! Il a même essayé d’agir dans ce sens, sans pouvoir y arriver (heureusement).

Cette relation a duré plus d’un an. Je ne sais pas pourquoi mon beau-frère me fascinait autant. Quand je faisais l’amour avec mon mari, je pensais à lui. Il était la première personne que je n’aie jamais aimée de cette façon et qui m’a donné l’affection que je n’avais pas eue étant petite. C’est lui qui me soutenait dans les moments difficiles et qui jouait aussi le rôle de mon meilleur ami, mon confident. Entre- temps, ma relation avec mon conjoint n’était plus aussi passionnante qu’auparavant. Depuis la naissance de notre gosse, les choses semblaient monotones. J’avais l’impression de ne plus être aimée par lui.

Toutefois, à aucun moment, mon beau-frère et moi n’avons eu conscience que ce que nous faisions était malsain et contre-nature. Pour ne pas éveiller les soupçons, on se voyait loin, dans des endroits cachés. Quand je suis tombée enceinte de mon deuxième enfant, j’ai caché la vérité. Cet enfant est de lui. Mais je n’ai jamais voulu le lui dire, à cause du scandale que cela risquerait de provoquer. Donc, personne n’est au courant de ce secret : le fait que j’aie eu mon deuxième enfant avec mon beau-frère.

Un peu plus d’un an après le début de cette relation, nous avons décidé d’arrêter de nous voir, même si nous nous aimions encore. Pour éviter qu’on soit tenté de se voir, il a prévu de déménager avec ma sœur et leur nouveau-né. Ma sœur et moi avons accouché presque au même moment. Elle, de son premier enfant. Et moi, de mon deuxième enfant. Tous les deux enfants ont le même père. Malheureusement, ma sœur et son mari n’ont pas eu le temps de déménager durant la période prévue. Ma sœur est décédée. C’était 8 mois après la naissance de son enfant.

Ma sœur est décédée en 2009. Cela fait maintenant 6 ans.

Je me pose toujours des questions sur les circonstances de son décès, car elle est morte d’une crise cardiaque. Elle souffrait auparavant de problèmes cardio-vasculaires. Mais je me demande si un événement n’est pas à l’origine de cet accident. Par exemple, le fait qu’elle ait découvert la relation que j’avais avec son homme. Si tel est le cas, je me dis que la violence de ce choc pourrait l’avoir emportée. J’ai essayé au début de poser des questions à son mari, à ce sujet. Mais celui-ci est toujours resté évasif. Je ne fais que vivre dans le flou, tout en essayant de me dire que la mort de ma sœur n’est pas liée à cette découverte. Mais ça me pèse tellement sur la conscience, cette histoire !… En plus du fait que l’un de mes enfants a été conçu dans le plus grand péché. Voilà des années que je ne suis plus en contact avec son vrai père.

Plus le temps passe, plus je vois à quel point je suis tombée bas. Je ne sais pas ce qui pourra me relever. Je ne supporte pas de me regarder en face. Je ne m’aime plus, je sors rarement de la maison, car je n’ai plus goût à rien et j’ai l’impression que personne ne tient à moi. Que puis-je faire aujourd’hui ? Que puis-je faire pour arrêter de pleurer tous les soirs pendant des heures à chaque fois que cette histoire me revient ? Comment aller mieux ? Je me sens perdue, seule. Je vous serai reconnaissante de m’aider, si vous le pouvez, à travers vos commentaires sur cette page. Je lirai avec plaisir vos solutions. Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :