Bébé : Quand va-t-il marcher à quatre pattes ?

Votre enfant a bientôt 10 mois et il ne se déplace toujours pas à quatre pattes ? Pas de panique. Il accédera bientôt à la marche comme tous ceux de son âge.

Votre tout-petit commence à explorer son espace : il fait le tour de lui-même en rampant, s’accroche aux montants de son parc, aux gros objets qui l’entourent. Progressivement, il va apprendre à se redresser en prenant appui sur ses mains et essayer de se déplacer.

Le quatre pattes, une étape indispensable ?

La marche à quatre pattes est une étape importante pour son développement psychomoteur et son autonomie, mais ce n’est pas un passage obligé pour accéder à la marche. A la condition, néanmoins, que votre enfant soit actif et continue de découvrir les potentiels que lui offre son corps. S’il grimpe, s’agrippe aux barreaux de son parc et rampe, il a déjà l’occasion de sentir le poids de son corps. Il va explorer le monde à sa façon. Chaque enfant trouve son propre chemin !

Pourquoi certains bébés zappent-ils le quatre pattes ?

La position de couchage du nouveau-né pendant les trois premiers mois est déterminante pour son développement moteur. Pour sa sécurité, coucher son bébé sur le dos est recommandé. Pourtant, cette position ne lui permet pas de prendre rapidement conscience de ses membres, du rôle de la pesanteur, et freine son désir de mouvement. Les chercheurs ont observé que, depuis que nous couchons nos bébés sur le dos, ils marchent à quatre pattes un mois plus tard !

Le corps de l’enfant doit être sollicité pour se construire. Un petit à qui l’on n’offre pas d’espace suffisant pour bouger n’aura ni la curiosité ni l’envie de chercher à se déplacer. Il ne pourra pas développer ni exercer ses membres.

Quatre pattes, comment le motiver ?

Laissez-le avancer à son rythme. Inutile de lui montrer comment marcher à quatre pattes, c’est à lui de découvrir de l’intérieur ses capacités motrices. Au fil de ses tentatives il se musclera, son corps apprendra les secrets de l’équilibre, de la coordination, etc. Installez-le sur son tapis d’éveil allongé sur le dos, au cours de ses premiers mois, de façon à ce qu’il ait envie de basculer sur le ventre.

Donnez-lui envie de se déplacer à quatre pattes. Placez des objets qui le tentent, de telle sorte qu’il soit obligé de pivoter sur lui-même pour les attraper. Ouvrez son parc et son horizon. Donnez lui envie d’aller chercher les jouets situés à l’extérieur. Que les distances s’allongent et lui fassent deviner des trésors à conquérir. Félicitez-le de ses progrès. Ses efforts, il les fait aussi pour recevoir vos bravos, et capter votre attention.

Offrez-lui la sécurité. L’âge du quatre pattes est une étape importante dans la construction de son autonomie. Votre petit aventurier va pouvoir découvrir l’univers qui l’entoure, mais aussi apprendre que ce monde fascinant est plein de dangers potentiels et donc d’interdits. Restez vigilante ! Attention à ne pas laisser d’objets dangereux par terre ou à portée de main. Pensez à couvrir les prises de courant et à restreindre l’accès à l’escalier.

A chacun sa technique

Les tout-petits ne sont pas en manque de créativité pour personnaliser leur découverte du monde à quatre pattes. Quelle que soit l’option, tous ces galopins filent à toute allure vers leur trésor.

– Il y a le « petit crabe » qui a bien compris comment coordonner ses gestes, mais en latéral, et avance donc sur le côté.

– Le « petit nageur » progresse à reculons avec les réflexes de nage du nouveau-né. Il s’éloigne ainsi de l’objet convoité.

– L’« hypertonique » garde les jambes raides, avance sur les mains et les pointes de pied.

– Le « petit boiteux » garde, lui, les mains au sol, un genou à terre, et tend sa seconde jambe qui lui sert de propulseur.

 

Source : enfant.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :