vendredi, 19 juillet 2019

Burkina: démantèlement d’un réseau de «malfrats» spécialisés dans l’établissement de faux documents

Deux «entrepreneurs» et un «libraire», spécialisés dans l’établissement de faux documents, ont été présentés lundi à la presse par la police nationale, a constaté l’AIB.faux-doc

« La brigade de recherches du Commissariat central de police ville de Ouagadougou (CCPO) vient de mettre hors d’état de nuire, un réseau de malfrats dont la spécialité est l’établissement de faux documents de l’administration publique et du privé », a déclaré lundi lors d’un point de presse à Ouagadougou, le Commissaire MoussaTiombiano.

Selon M. Tiombianao, ce réseau utilisait des « sceaux contrefaits de l’Etat et du privé », pour arnaquer les citoyens.

Il a expliqué qu’auparavant, la police a reçu des plaintes venant de deux structures, dont le guichet unique du foncier dans une affaire de parcelle bâtie sur de faux documents.

Dès lors, a-t-il poursuivi, une traque « acharnée » menée pendant cinq jours a permis d’interpeller les trois membres du réseau que sont : Ouédraogo Issaka, Zerbo Mamadou, les deux «entrepreneurs» et Kietéga Harouna le «Libraire», par ailleurs le concepteur des faux cachets.

Ces individus «montent des faux dossiers d’acquisition de marchés publics et se font octroyer des fonds par des institutions financières pour l’exécution desdits marchés», a expliqué le Commissaire Thiombiano.

De même, «ils utilisent des faux titres fonciers comme garantie de leurs emprunts auprès des institutions financières», a-t-il dit précisant que le processus de « montage » d’un prêt de 5 millions dans les mêmes conditions a été déjoué.

Après leur interpellation, la police dit avoir découvert, 26 faux documents, dont des titres fonciers, 47 faux cachets dont entre autres, 10 de la Direction générale des impôts et 9 des communes rurales de Gorgadji et de Gao.

La police dit ne pas être pour l’instant à mesure de donner avec exactitude depuis quand ces présumés délinquants arnaquaient les citoyens de même que l’ampleur de leur forfait.

« L’enquête est actuellement close (…) et ils seront tous conduits devant le Procureur (…) pour les suites judiciaires qui seront données à cette affaire », a conclu la police.

AIB

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :