vendredi, 19 juillet 2019

Burkina: deux jeunes radicalisés arrêtés

Deux jeunes burkinabè fortement radicalisés au Niger et qui voulaient installer au Burkina Faso, une cellule terroriste ont été arrêtés en fin décembre avec une ceinture d’explosifs, a annoncé jeudi le ministre Simon Compaoré.

CONSEIL DE MINISTRE EN DATE  DU  22 06 2016
CONSEIL DE MINISTRE EN DATE DU 22 06 2016

«Deux jeunes burkinabè fortement endoctrinés et radicalisés» et dont «l’objectif était d’installer un Katibat au Burkina Faso, ce qui signifie un groupe djihadiste» ont été déférés depuis fin 2015, a indiqué jeudi Simon Compaoré, lors d’un point de presse.

Selon le ministre burkinabè en charge de la Sécurité intérieure, ces jeunes trentenaires formés au Niger, ont participé à plusieurs attaques terroristes au Mali, notamment contre la mission de l’ONU.

«Ces jeunes ont été formés au Niger par des Emirs dont un de leurs patrons spirituels est un Burkinabè du nom de Cheik Ibrahim. Après leur formation, ils ont migré à Tombouctou (Mali) où ils sont restés là-bas pendant un temps pour continuer leur formation», a détaillé le chef d’Etat-major adjoint de la gendarmerie, le Colonel Serge Alain Ouédraogo.

 

M. Compaoré a précisé que lors de leurs arrestations, ces présumés djihadistes avaient en leur possession, une ceinture d’explosifs, deux grenades et une forte somme d’argent.

Ce filet des forces de l’ordre n’a malheureusement pas pu empêcher les attaques terroristes du 15 janvier 2016, ayant tué 32 personnes à Ouagadougou et à Djibo (Nord).

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :