vendredi, 19 juillet 2019

Conférence de presse du PAREN : La déclaration liminaire de Laurent Bado

Mesdames et Messieurs les journalistes,
J’ai demandé à vous rencontrer pour vous donner l’information la plus vraie, la plus juste, la plus pure sur l’étalage médiatique de mon ¨ Mémorandum sur la gestion du PAREN par Barry Tahirou¨. Au nom du PAREN que j’ai créé en 1999, je vous exprime ma sincère et profonde reconnaissance.bado

Mesdames et Messieurs les journalistes,
La meilleure façon de mettre la vérité en pleine lumière, c’est de m’en tenir aux faits comme on procède en droit. Et les faits sont les suivants : depuis que Barry a été désigné le 27 juin 2010 comme président du PAREN, il s’est ingénié à écarter des instances dirigeantes tous les précédents cadres dirigeants, dont beaucoup ont été amené à offrir leur démission du parti. La suite a démontré qu’il entendait asseoir un PAREN à lui sur les cendres du PAREN que j’ai créé !

En dépit de mes observations, Barry s’est cru intelligent en chargeant un certain Carlos de la basse oeuvre de destruction du PAREN. Ce dernier est même allé jusqu’à délirer que,

je cite, ¨le PAREN de Bado Laurent est mort, vive le PAREN de Barry¨. Et qu’elle a été la réaction de Barry qui a toujours protesté de son estime, de son respect envers moi ? Eh bien, il s’est contenté de retirer la radio des mains de Carlos, m’a t’il dit avec un air innocent !

Je n’irai pas plus loin sur les entreprises, les techniques, les actes de démolition du PAREN pour l’institution d’un autre PAREN commis à son ambition politicienne. J’ai fini par entendre de mes deux oreilles les militants réclamant que je mette fin à l’aventure de Barry. De fait, et conformément à des règles non écrites depuis que je passais le témoin, en cas de crise grave survenue au parti, le fondateur devait assurer une transition pour ramener la cohésion. Barry s’est rangé à cette ultime solution.

Devant assurer la transition jusqu’au prochain congrès ordinaire (qui devait se tenir en juin 2015 !), j’ai pensé me retourner vers les anciens membres des bureaux politiques passés pour recueillir leur conseil et avis. J’ai alors cru utile de leur faire prendre la mesure, le sérieux, la profondeur de la crise en leur remettant les lettres des militants désabusés de la gestion ainsi qu’un mémorandum sur cette gestion élaboré par moi. Et c’est l’un des nôtre qui a trahi en balançant mon mémorandum sur internet alors que moi et le chef de la région du Centre avions souligné le caractère secret, ultra confidentiel de ces documents parce qu’il nous faut résoudre la crise et dans la plus stricte discrétion.
Tels sont les faits. Il reste à faire face.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :