vendredi, 19 juillet 2019

France: Un volleyeur camerounais professionnel interpellé pour “agression au couteau”

Charles Engohe a été trahi par son ADN. Il a été Interpellé et placé en détention provisoire à Fontenay-le-Comte, tout récemment. 1-7-702x336Le substitut du procureur de la Roche-sur-Yon, Yannick Le Goater a confirmé qu’ «Une information judiciaire a été ouverte pour agression et tentative de vol avec arme».

En effet, l’histoire remonte au 2 octobre 2012. Une employée etait sur le point de fermer les portes du centre aquatique intercommunal cap vert un peu avant 22 h. Un inconnu portant une cagoule se jette alors sur elle et l’intimide avec un couteau plaqué sous la gorge. De toutes ses forces, la jeune femme se défend et réussit à se sauver avec des grosses entailles sur les mains.

A cette époque, l’ADN de l’agresseur n’était pas inscrit au fichier national des empreintes génétiques.Selon, le procureur, «Charles Engohe avait été récemment condamné à la prison avec sursis il y a un mois par le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon pour violences en réunion sur fond de soirée alcoolisée avec des mineurs».

Dans ce cadre, son ADN a été enregistré, et s’est révélé identique à celui prélevé sur le pull de l’employée de la piscine.Lors de sa garde à vue, l’agresseur aurait reconnu les faits en expliquant qu’il avait commis cet acte odieux dans le but de voler la recette journalière de la piscine.

Rappelons qu’à 31 ans, Charles Engohe junior, est une figure dans le monde du volley-ball et qui était jusqu’à l’an dernier membre de la sélection nationale du Cameroun.

Il est capitaine de l’équipe des Herbiers où il évolue en élite depuis six ans. Selon son président Jean-Philippe Guignard: «Le club a été très secoué à l’annonce de son arrestation, C’est un garçon très apprécié, disponible, précautionneux. Il était écouté des jeunes joueurs.»<

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :