vendredi, 19 juillet 2019

« La Centrafrique a besoin d’un État fort » dixit Emmanuel Macron


Emmanuel Macron, le président français s’est adressé ce lundi à son homologue centrafricain Faustin-Archange Touadéra en lui donnant l’assurance que la France soutiendrait la Centrafrique dans son processus de “ réconciliation” et qui “a besoin d’un État fort” pour sortir de la crise.

En Centrafrique la situation sécuritaire reste “très fragile”, M. Macron a “encouragé” M. Touadéra, qu’il a reçu au palais présidentiel de l’Elysée pour la première fois depuis son élection, “à poursuivre les efforts destinés à faciliter la réconciliation nationale”.

La France “va soutenir les actions de consolidation de l’Etat, de renforcement de la justice et de la lutte contre la corruption”, a-t-il ajouté, sans entrer dans les détails.

Le gouvernement de M. Touadéra rencontre des difficultés à établir son autorité au-delà de la capitale, Bangui. La majorité du pays reste sous la coupe de groupes armés qui se livrent, selon des sources diplomatiques et des ONG, à une véritable “prédation” des ressources naturelles (diamants, or, bétail…) et commettent des massacres de civils.

M. Touadéra a exprimé sa “reconnaissance” pour le soutien de la France, qui “a été le premier pays à dépêcher sur place une opération pour rétablir l’ordre”, l’opération Sangaris. “Sans cette intervention, la situation aurait pu dégénérer en une tragédie irréparable”, a-t-il dit.

Sangaris, composée d’environ 2.000 hommes, s’est retirée de la Centrafrique début 2016.

Devant l’ONU la semaine dernière, le président centrafricain avait appelé la communauté internationale à “renforcer les capacités” de la mission de l’ONU, la Minusca, déployée depuis 2014 et forte de quelque 12.000 hommes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :