vendredi, 24 mai 2019

Les marabouts et moi

Bonjour à vous tous qui lisez mon témoignage. Mon nom est Aïchata. Je suis née dans une famille peulh, originaire du Mali. Mes parents sont installés ici où ils ont fait leur vie. C’est là que nous sommes nés, mes frères et moi. Aujourd’hui, j’ai la quarantaine. J’ai un travail stable qui me permet de vivre bien, entourée de mon mari et de nos 2 enfants.
les marabouts
Mon histoire, la voici. Dans notre coutume, et dans ma famille notamment, la consultation des oracles occupe une grande place. Je me suis convertie à l’islam il y a quelques années. C’était suite à des circonstances qui ont bouleversé ma vie. C’est ce qui m’a poussé à croire en Dieu. Avant cela, je ne priais pas. Car, comme mes parents, j’ai longtemps cru que la vie était régie par le sort, une suite de hasards et de circonstances diverses.

Quand j’ai commencé mes études, au début, tout allait bien. Au primaire, j’étais une élève brillante. Mais, arrivée au collège, les choses ont commencé à se compliquer. Je ne contrôlais plus rien. Sans que je comprenne pourquoi. En classe, je passais le temps à dormir pendant les cours. Je n’arrivais pas non plus à retenir mes leçons comme d’habitude, malgré tous les efforts que j’y mettais. J’étais régulièrement en dessous de la moyenne. A cause de cela, j’ai redoublé 3 fois la classe de Troisième. Tant bien que mal, j’ai pu passer les autres classes. Mon père voulait me retirer de l’école. Il comptait me marier à une de ses connaissances. C’est grâce à ma mère que j’ai continué les études, car elle s’est opposée au mariage. Cela avait même provoqué des palabres entre eux.

Après le Bac, j’ai quitté l’école pour chercher du travail. Mais toutes mes démarches n’aboutissaient à rien. Ma vie était remplie de chagrin. Mes parents consultaient des oracles. Ceux-ci ont dit que j’étais sous une malédiction des génies. Ce qui expliquait tous mes échecs. J’ai été au chômage pendant 6 ans. Les hommes qui me connaissent s’abstenaient de me demander en mariage à cause de cela. Chez nous, on se marie avec des gens du village. Je devais donc respecter cette condition. Mais j’étais désespérée. Je ne savais pas comment faire. Des marabouts me conseillaient, à chaque fois, de faire des sacrifices. J’ai obéi à leur parole et j’ai visité bon nombre d’entre eux. Je n’ai pas trouvé la paix dans ma vie. J’étais tourmentée.

L’un de ces marabouts m’a même proposé d’être sa femme, afin qu’il me délivre de mes malédictions. J’ai refusé. A Abidjan, de nombreux hommes me courraient après. Mais je refusais. Non seulement parce que j’avais peur de mes parents, mais je ne savais ce qui les attirait réellement vers moi. Tous ces hommes me parlaient de mariage, mais j’étais méfiante. Comme je vivais à Abidjan depuis un bon moment, j’ai finalement fait la rencontre d’un monsieur. J’ai désobéi à mes parents en sortant avec lui en cachette. Il travaillait et je voyais en lui une personne de confiance. Je crois que de son côté, il était sincère avec moi.
Nous avons entamé une relation amoureuse à l’insu de mes parents. Les choses allaient bien. Au bout de 2 ans, tout s’est gâté. Il disait qu’il m’aimait, mais il ne comprenait pas pourquoi on ne s’entendait pas. En effet, il y a avait, à chaque fois, des petits désaccords qui entrainaient des disputes entre nous. Souvent, pour un rien. Pourtant, au début, on était très complices. C’est ce qui a été à la base de notre séparation. Mais je l’aimais. Cette séparation a été très douloureuse pour moi. Je ne pouvais pas accepter le fait qu’il m’ait quitté. J’étais prête à tout pour le faire revenir.

Un jour, ayant vu l’annonce d’un marabout qui affirmait pouvoir faire revenir immédiatement l’être aimé, je me suis dit que c’était l’occasion de ma vie. J’ai tout de suite téléphoné pour prendre rendez-vous avec cet homme. Je lui ai demandé s’il pouvait faire quelque chose pour moi, afin que mon ami revienne à de meilleurs sentiments. Il m’a affirmé pouvoir me donner satisfaction en quelques jours. Mais il lui fallait 100.000 francs, accompagné de ma photo et celle de mon petit ami. Ce que j’ai fait. En partant, il m’a dit que mon affaire n’était pas compliquée à résoudre. Il m’a dit que d’ici 4 jours, mon copain allait revenir et qu’on allait dormir ensemble. Mais tout ça n’a jamais eu lieu… Le marabout a disparu avec mon argent.
Cela m’a plongée dans une dépression terrible. J’ai une amie du quartier qui me parlait souvent de la religion musulmane. Personnellement, je n’y avais jamais vu d’intérêt. Mon amie ne connaissait pas mes problèmes familiaux. Comme elle m’invitait à la mosquée, pour les prières de vendredi, j’ai accepté un jour de l’accompagner. A la suite, je me suis convertie à l’islam. Après ma conversion, j’ai expliqué ma situation à l’Imam. Il m’a présenté un jour à un exorciste musulman qui était de passage à Abidjan. Ce dernier a fait des prières spéciales pour moi. Et sans que je comprenne comment, j’ai vu que mes problèmes ont pris fin. A l’époque, j’étais âgée de 36 ans.

Aujourd’hui, à 40 ans passés, j’ai découvert pour la première fois la satisfaction d’avoir du travail, d’avoir une maison, de régler fièrement mes factures. Je me suis construite une vraie vie, avec l’aide de Dieu. Il m’a permis d’avoir un époux et nous avons deux enfants : un garçon de 4 ans et une fille qui a 1 an maintenant. Tout cela m’a tellement changée !…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :