lundi, 10 décembre 2018

Meurtre de Marie Faye à New York : Plus d’un million d’américains marchent


Encore un Sénégalais qui meurt à l’étranger. Cette fois-ci, il s’agit d’une infirmière de 35 ans, du nom de Marie Faye.

La jeune sénégalaise est une autre victime des armes à feu aux Etats-Unis. Pour dénoncer cette ultime perte humaine, pas moins d’un million d’américains ont marché samedi pour réclamer la restriction de la vente d’armes à feu.

Ce sont des étudiants qui ont organisé la marche qui a vu la participation de l’Association des infirmières de New-York, venue protester contre le meurtre de Marie Faye. Elles ont saisi la balle au rebond, après la fusillade du Parkland faisant 17 morts qui a motivé les étudiants.

Marie Faye a été sauvagement tuée dans son appartement du Bronx.

Une marche remplie d’émotion

Lors de la marche dénommée « marche pour nos vies », les infirmières ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « In memoriam Mary Joe Faye ». La jeune femme fait désormais partie de la longue liste de sénégalais de la diaspora, morts dans des conditions horribles.

Cet acte ignoble s’est déroulé dans la nuit du mercredi 21 au jeudi 22 mars à New York. Le coup de feu a réveillé ses voisins, vers les coups de 22 heures 30.

Lorsque la police s’est rendue sur les lieux, elle a trouvé un certain Alain Samba sur les lieux du crime, avec une arme à feu à la main. C’est ce dernier qui a alerté les secours en appelant le 911. L’enquête a révélé que l’homme, âgé de 42 ans, est agent de correction.

Selon des sources proches de la victime, il s’agirait de son petit ami. Il est actuellement en garde-à-vue pour homicide par négligence criminelle. Pour sa défense, il affirme que l’arme a déclenché toute seule alors qu’il la nettoyait

Dakar dit non et se mobilise

Face à ces actes de barbarie qui frappent les Sénégalais de la diaspora, Dakar dénonce.

« Depuis quelques jours, il y a au niveau de la Diaspora des événements qui se passent et je pense que le chef de l’État l’a dit, toutes les dispositions sont prises par le gouvernement pour assister les parents, mais également les Sénégalais de l’extérieur, qui sont en difficulté », a dit le Premier ministre Mahammad Dionne. « La diplomatie est en route et y travaille avec nos consulats pour que là aussi la lumière puisse être faite », poursuit-il.

Laisser un commentaire