dimanche, 19 mai 2019

Mon fils a devié sexuellement

Je me lance. Aujourd’hui, je vous envoie mon histoire. J’ai 48 ans. Mon premier mariage a connu une rupture brusque. Et c’est ce dont je vais vous parler. De ce premier mariage, j’ai eu 3 enfants. Ils sont grands aujourd’hui. Leur père et moi, nous nous somme mariés jeunes. Tout était merveilleux : il était un mari qui travaillait, s’occupait bien de la famille, etc. Moi, je gérais le quotidien à la maison, d’un commun accord.histoire3

 

Un jour, en faisant le ménage dans la chambre de mon fils aîné alors âgé de 19 ans, je suis tombé sur des messages très suggestifs avec des détails sulfureux sur son téléphone portable. Il était parti à l’école et l’a oublié sur son lit. Dans ces messages, c’était l’amour fou entre lui et l’autre personne. Quand mon fils est rentré de l’école le soir, je lui ai remis le téléphone. Il m’a regardé bizarrement avant de s’enfermer dans sa chambre.

A l’époque, cela m’avait un peu amusée. Il était majeur et les amours d’adolescents, on les a tous vécus à un moment de notre vie. Lui et moi n’avions jamais eu à parler de ce genre de choses. Je voyais bien que cela l’avait gêné et il devait se douter que j’avais lu ses messages. Son père était assez rigide dans son éducation. Les visites de ses amis à la maison n’étaient pas autorisées. Mais notre garçon n’avait pas du tout l’air d’un mauvais garçon. Au contraire, il était très doux.

Durant quelques jours, je trouvais que mon fils allait mal. Comme s’il avait la tête ailleurs. Un jour, mon mari s’est énervé contre lui et je me suis interposée : « Laisse-le tranquille, il est sûrement amoureux. » J’avais balancé cette phrase comme ça, espérant le libérer de la peur, de l’angoisse dans laquelle il semblait plongé. Car, je savais qu’il n’oserait pas dire à son père qu’il était amoureux. Il avait trop peur. Ce dernier n’a pas réagi, ni commenté cela, contrairement à ce que j’attendais.

A l’époque, j’étais enceinte de mon troisième enfant. Quelques jours après, mon fils est venu me voir pour me reparler de cette affaire. D’après lui, il voulait se confier à moi et avoir des conseils. J’étais très heureuse qu’il s’ouvre enfin à moi, sans gêne sur ce sujet. Il m’a dit qu’il était effectivement amoureux. «Mais ce n’est pas d’une fille», a-t-il ajouté. «Comment ça ?», lui ai-je demandé, sans comprendre au début. Il m’a dit : « Je suis homo et j’ai un copain ».

Ce que j’ai ressenti ? J’ai cru que j’allais mourir. Je me suis demandé «Qu’est-ce que j’ai fait de travers ?» Mon fils ne semblait pas comprendre ce qu’il faisait. Il m’a dit : «Maman, ça te fait aussi mal que ça ? Pourtant, aimer les filles ou les garçons, peu importe, aimer c’est aimer.» Je lui ai répondu que je savais que cela existait, mais que je ne souhaitais pas ça pour lui, surtout pour notre famille.

Pendant plusieurs jours, j’ai réfléchi, seule. J’étais trop sonnée pour pouvoir me confier à qui que ce soit. Et j’avais besoin de penser à la manière dont je devais régler cela avec lui, avant que son père le découvre.

J’ai été surprise qu’il vienne me demander d’en parler à son père. J’étais furieuse de voir qu’il insistait. Je n’avais jamais puni ou fait quoi que ce soit de mal à mon fils. Et ce jour-là, son père qui était là m’a entendu crier. Pour mettre un terme à cette affaire, j’ai déballé tout devant lui. Mon mari ne s’est pas posé de questions. Il l’a battu copieusement, il l’a insulté en disant qu’il haïssait les homos et que s’il le pouvait, il les tuerait tous ! C’était une scène effroyable. C’est après cette bastonnade que mon fils a fui la maison, pour une destination inconnue. Prise de remords, j’ai essayé de le retrouver. J’ai demandé à mon mari de faire quelque chose. Mais il ne voulait plus entendre parler de lui.

Pendant plusieurs mois, plus un mot sur le sujet. Mais j’ai fini par parler à une amie, car je ne supportais pas de vivre sans mon enfant. Je ne pouvais pas le rejeter à cause de ses erreurs de jeunesse. Et je pensais qu’on pouvait toujours l’emmener à changer en lui faisant comprendre les choses. Aussi, je ne voulais pas que ma famille soit divisée.

Mais c­e qui me préoccupait le plus, c’était le regard des autres : comment gérer cette différence vis-à-vis de la société ? J’ai reçu une éducation judéo-chrétienne et africaine fondée sur les valeurs morales. Et j’ai toujours eu peur du qu’en-dira-t-on. Pendant un mois, je n’ai pu en parler à mon mari, pensant que je retrouverais mon fils et lui faire entendre raison. Il n’avait que 19 ans à l’époque. Je pensais qu’il était victime d’une manipulation ou une frasque d’ado.

J’ai fini par le retrouver. Il m’a dit qu’il vivait avec des amis. Mais il n’a pas voulu me conduire là-bas. Le monde pour moi s’est écroulé. J’avais fait tous ces efforts avec l’espoir de le faire changer. Hélas !

 

Malgré cela, je continuais de le voir souvent et de lui remettre de l’argent. Quand mon mari l’a su, cela est devenu une source de disputes interminables entre nous. Il avait toujours cette peine au fond de lui. Il ne voulait plus voir son fils. Et c’est ce qui a été la source de notre séparation, car il m’a renvoyé de la maison en m’accusant d’être à la base des déviations de l’enfant. Voici comment nous nous sommes quittés. Quant à mon fils, je n’ai plus de ses nouvelles depuis lors. J’ai l’impression d’avoir perdu une partie de moi. Je n’arrête pas de penser à lui chaque jour.

Read 290 times

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :