Petit Pays : Il se retrouve nu… et dans un cercueil

Depuis quelques mois le chanteur Petit pays alias Prophète RABBA RABBI fête ses 30 ans de carrière. Un parcours jalonné de succès mais aussi de déboires, de provocations, de buzz et de coups de gueule.petit-pays3

30 ans de carrière, ça se fête ! C’est ce que fait depuis le début de l’année l’artiste Petit Pays alias Prophète Rabba Rabbi. Le chantre du Makossa love multiplie les spectacles chez lui  au Cameroun et en Europe. Pour célébrer son trentenaire musical jalonné d’une trentaine d’albums. Mais avec une trajectoire pas toujours de tout repos. Comme lors de son démarrage au début des années 1980 en France. «J’étais à Paris et j’avais un problème de visa. J’ai été rapatrié sans ménagement au Cameroun en 1984. Ça m’a véritablement marqué», rappelle à BBC Londres Petit Pays, de son vrai nom Claude Moundi.

Après cet épisode douloureux, l’artiste revient au bord de la Seine. Mais cette fois dans les règles de l’art. Même s’il tient à souligner encore aujourd’hui que c’est parce qu’il est ressortissant d’un petit pays que cette mésaventure lui est arrivée.

D’où l’idée, à l’époque, de baptiser son groupe musical « Les sans visas ». Et composer déjà le morceau « Ça ne va pas », un titre très critique sur l’Afrique, devenu un classique dans son répertoire. C’était déjà un message prémonitoire face aux nombreux problèmes que l’Afrique vit aujourd’hui.

«Voyez 30 ans après ma chanson, les problèmes de l’Afrique se sont plutôt aggravés. Par la faute de nombreux Africains cupides, sans conviction, qui vendent leur âme pour des enveloppes. Les artistes y compris», relève-t-il amer.

Avant d’asséner : «A cause de telles personnes, l’Afrique court à sa perte. Elle va disparaître!»

Petit Pays est tout aussi critique vis-à-vis du show-biz africain en général et camerounais en particulier.

A cause de la mauvaise organisation du domaine et de la piraterie qui appauvrit considérablement les artistes. Du coup, selon lui, la qualité des albums s’en ressent par leur pauvreté musicale.

Au dire du chanteur,  le marketing autour des productions discographiques et des spectacles a aussi foutu le camp. Faute de staffs créatifs et professionnels derrière les artistes. Comme à l’époque, dans les années 1980 et 1990. Quand lui, Petit Pays, faisait son entrée sur la scène du Trianon à Paris couché dans un cercueil. Pour dire que l’homme peut dominer la mort. C’était le buzz !

Puis après, le chanteur apparut nu comme un ver de terre sur la pochette d’un de ses albums. C’était la totale ! Il savait s’y faire dans la provoc !

Mais aujourd’hui, l’homme s’est beaucoup assagi. Car en dehors de la musique, il est devenu Prophète Rabba Rabbi. A la tête d’un grand ministère au Cameroun qui propage  la bonne parole. «C’est le Seigneur qui m’a confié cette mission pour mon sérieux et ma foi», dit-il.

Il envisage d’ailleurs d’arrêter un jour la musique, pour se consacrer uniquement à l’œuvre de Dieu. car le Seigneur n’abandonne jamais ses enfants. A la différence du show-biz africain qui mange les siens.

Par Eric Cossa

ecossa@topvisages.net

Last modified on Monday, 04 July 2016 08:21

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :