vendredi, 24 mai 2019

Une nounou décapite une enfant et brandit sa tête dans les rues de Moscou

Glaçante scène ce lundi à proximité d’une station de métro de Moscou. nounouParticulièrement agitée, une femme, toute vêtue de noire a brandi en pleine rue la tête décapitée d’un enfant. «Je déteste la démocratie. Je suis terroriste. Je veux votre mort», aurait-elle crié dans la rue selon la chaîne de télévision russe «360». «Regardez-moi, je suis une kamikaze. Je vais mourir. Dans une seconde, ce sera la fin du monde», aurait-elle encore hurlé avant d’être arrêtée par la police.

Les témoins, qui ont assisté à la scène, sont sous le choc. «C’était vraiment une tête. Elle faisait des allers-retours en criant», raconte une passante à la chaîne de télévision indépendante Dojd. Elle «a sorti la tête de l’enfant d’un paquet et a marché un moment dans la rue en criant», explique un autre témoin cité par l’agence publique RIA Novosti. «Personne ne s’est approché d’elle, tout le monde avait peur.» D’après d’autres témoins, elle aurait crié «Allah Akbar!» au moment de son arrestation.

 

L’arrivée de la police et des ambulances sur les lieux a provoqué un mouvement de panique, plusieurs passants craignant l’imminence d’un attentat. Aucune trace d’explosifs n’a toutefois été trouvée sur la femme, d’après des sources policières, citées par l’agence officielle TASS.

 

L’appartement incendié.

Âgée de 38 ans, cette femme serait originaire d’Ouzbékistan, une ex-république soviétique d’Asie centrale à majorité musulmane. D’après la chaîne de télévision populaire Lifenews, connue pour ses liens avec les services de sécurité russes, elle s’appellerait Goultchekhra Bobokoulova. Depuis un an, elle gardait une petite fille âgée de quatre ans et prénommée Nastia. Jusqu’à présent, elle n’avait jamais eu de problème avec les parents. D’après la chaîne, elle aurait décapité la fillette après avoir appris que son mari la trompait.

 

La police de Moscou a confirmé dans un communiqué que «le corps d’un enfant âgé de 3-4 ans, portant des traces de mort violente», avait été découvert lundi dans un appartement du nord-ouest de Moscou. «La nounou, originaire d’un pays d’Asie centrale, née en 1977, a tué l’enfant avant d’incendier l’appartement et de s’enfuir» indiquent les autorités dans un communiqué. Cette femme, qui aurait agi sous l’emprise de stupéfiants, doit passer un «examen psychiatrique».

 

Source : lefigaro.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :